Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2021 1 10 /05 /mai /2021 09:55
La République, et rien d'autre!

Le 1er article du règlement de discipline générale de l’armée stipule :

« La discipline faisant la force principale des armées, il importe que tout supérieur obtienne de ses subordonnés une obéissance entière et une soumission de tous les instants, que les ordres soient exécutés littéralement, sans hésitation ni murmure; l'autorité qui les donne en est responsable, et la réclamation n’est permise au subordonné que s’il a obéi ».

Cela opportunément rappelé, précisons que dans toute démocratie, le pouvoir militaire est soumis au pouvoir civil. S’en écarter, c’est s’acheminer vers un renversement des hiérarchies et une forme de césarisme. Il suffit de rappeler ce qui faillit advenir à la République en 1961 sous la présidence du général de Gaulle, lorsqu’un « quarteron de généraux en retraite » prétendit dicter au gouvernement sa politique.

Les chefs militaires, tout hauts gradés qu’ils sont ont donc pour supérieurs le Président de la République, chef des armées, et le gouvernement.

Il serait donc utile par les temps qui courent de le rappeler à tous ces galonnés saisis de prurit pétitionnaire surfant sur de déplorables exactions ou filouteries en tous genres et qui prétendent dicter sa conduite au pouvoir civil.

La politique se discute au Parlement, détenteur par délégation de la souveraineté populaire. Et si cette politique ne convient pas, c’est au Parlement qu’il appartient de la remettre en question dans des formes constitutionnelles (motion de censure).

Et pour que tout cela soit parfaitement maîtrisé, il convient que le pouvoir civil offre une vision claire et nette de la politique à mener, et une volonté ferme de la mettre en pratique.

Sommes nous certains de nous trouver dans ce cas de figure ? La ratatouille pré-électorale touillée en ce moment par des prétendants pressés donne-t-elle aux citoyens, et aux chatouilleux gradés le sentiment qu’il y a « un pilote dans l’avion » ?

Il est peut-être utile de rappeler que le Consulat imposé par le coup d’Etat du général Bonaparte le 18 Brumaire An VIII (9 novembre 1799) n’a pu survenir que parce que le Directoire n’a cessé de barboter dans un marasme indescriptible de batailles stériles.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de roger.rossi.over-blog.com
  • : questions d'actualité. Evènements vécus.
  • Contact

Recherche

Liens