Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2020 1 14 /12 /décembre /2020 12:55
Covid-19

 

Trois chercheurs américains, croisant les chiffres de la croissance et de la mortalité due au Covid-19, concluent à l’efficacité du confinement et affirment que « Pour sauver l’économie, il faut d’abord sauver les gens » (Le Monde du 13/12/2020).

Alors, puisque chez nous aussi le confinement a entraîné une baisse des contaminations, pourquoi ne pas l’avoir maintenu ? Les dernières mesures d’allègement après un deuxième confinement ne laissent-elles pas prévoir un troisième confinement ?

Lisons encore les trois chercheurs américains:

« Limiter les dégâts économiques de la pandémie débute et s’achève avec le contrôle de la propagation du virus. Les pays qui ont pris rapidement des mesures pour contrôler sa circulation rouvrent peu à peu leurs économies et retrouvent le chemin de la croissance. La plupart de ceux qui se sont donné comme objectif prioritaire de soutenir l’économie et ont refusé, limité ou supprimé prématurément les mesures visant à contrôler la pandémie sont aujourd’hui confrontés à un emballement des contaminations et ont dû imposer des reconfinements nationaux…

Les confinements stricts fonctionnent et donnent des résultats rapides, entre quatre et six semaines après leur instauration. Ils sont parvenus non seulement à ralentir, mais quasiment à éliminer le virus en Australie, Nouvelle-Zélande, Islande, Chine, Corée du Sud et à Taïwan … » (ibidem)

A bon entendeur ….

On sait donc que ce sont les entorses au confinement et aux gestes barrières qui ont entraîné le rebond de la contamination. Mais voilà :

Il paraît que les autorités infantilisent les citoyens en leur dictant leur conduite au lieu de leur faire confiance en les responsabilisant. La pédagogie plutôt que la contrainte.

Ouais ! A voir les fraudes, les infractions, les tentatives de contournement de toutes sortes en toutes circonstances, bonjour les dégats ! Règlements ou conseils n’y peuvent rien. Ne dit-on pas que « le gaulois a l’esprit frondeur » ?

On sait la souffrance et le désarroi des entrepreneurs, des commerçants et des artisans menacés de déroute financière ou/et de naufrage social, la déprime de la jeunesse réduite à ne voir comme Apollinaire au quotidien « qu’un ciel hostile et les murs nus de ma prison », la tristesse des aînés privés de l’affection de leurs proches.

Certes, mais qu’en serait-il d’un après-covid sans âme qui vive, sans même personne pour se plaindre ?

 La jeunesse londonienne poussée dans les caves par le vrombissement suivi du fracas des bombes des stukas en 1940, était-elle mieux lotie ? Et la jeunesse de France de 1954 à 1962 qui crapahutait dans le djebel, la peur au ventre de mettre le pied sur une mine ou d’essuyer les rafales d’un fusil-mitrailleur au détour d’un piton, se plaignait-elle d’être privée de surboum ou de rave-party ?

« O tempora, O mores » !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de roger.rossi.over-blog.com
  • : questions d'actualité. Evènements vécus.
  • Contact

Recherche

Liens