Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 13:26
Riches/pauvres en Macronie

ISF : Mesure phare du projet de loi de finances, la réforme de l’impôt sur la fortune est censée encourager les investissements dans les entreprises. Un cadeau fiscal aux plus aisés en forme de pari risqué.

Coût pour l’Etat : 3,2 milliards.

Revenus du capital : Un prélèvement forfaitaire unique (PFU ou « flat tax ») : Coût pour l’Etat : 1,3 milliard.

L’« exit tax », mise en place en 2011, à la fin du quinquennat Sarkozy, et alourdie sous Hollande, cible les contribuables qui détiennent plus de 800 000 euros de titres (actions, obligations) ou la moitié du capital d’une entreprise, et qui seraient tentés de s’exiler fiscalement – notamment en Belgique – afin de vendre leur société sans avoir à payer d’impôt sur la plus-value : Sa suppression décidée par Macron: manque à gagner potentiel lié à l’extinction du dispositif, qui pourrait s’élever à… 6 milliards d’euros, selon Christophe Pourreau, responsable de la direction de la législation fiscale à Bercy. Soit bien davantage que les 2,5 milliards d’euros avancés jusqu’ici par le gouvernement.

La transformation du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse de charges pour les entreprises, la baisse du taux d’impôt sur les sociétés (IS) qui démarrera dès l’an prochain, la suppression de la quatrième tranche de la taxe sur les salaires : Coût pour l’Etat : 1,2 milliard d’euros.

En revanche, le surcoût lié à la majoration du CICE de 6 % à 7 % au titre de 2017 (versé en 2018) coûtera 4 milliards d’euros et son équivalent pour les associations, 0,6 milliard

Autrement dit, bien plus de 10 milliards d’euros accordés aux plus riches sans que des obligations  leur soient imposées en contrepartie.

Mesures pour lutter contre la pauvreté :

Trois mois après la polémique suscitée par les propos de M. Macron "sur le pognon de dingue" que coûtent selon lui les aides sociales, le plan pauvreté, appelé à entrer en vigueur le 1er janvier 2019, "se chiffre à 8 milliards d'euros, répartis sur quatre ans.

Mais on sait que une part significative des 8 milliards annoncés correspond à un simple redéploiement de budget.

Et des obligations et des contrôles stricts sont imposés aux futurs bénéficiaires, souvent stigmatisés et taxés d’assistanat par la droite.

 

Il y a bien du sacré mou entre les « premiers » et les « derniers »  de cordée macronienne. Le temps que les premiers soient passés, les derniers peuvent sombrer corps et âmes dans la crevasse.

 

En 2015 ;

Fraude fiscale : 21,2 milliards d’euros

Fraude aux prestations (RSA, APL, etc …) : 0,248 milliards d’euros.

 

Riches/pauvres en Macronie
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de roger.rossi.over-blog.com
  • : questions d'actualité. Evènements vécus.
  • Contact

Recherche

Liens